Texte rédigé par Jeanne Brugère-Picoux.

Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, 7 avenue du Général de Gaulle 94704 Maisons-Alfort. Cédex. France
Version du 21.02.06

 

Pendant longtemps, l'influenza aviaire hautement pathogène (ou peste aviaire) dénommé à tort "grippe aviaire" (une affection localisée au tractus respiratoire n'étant rencontrée qu'avec les virus influenza aviaires faiblement pathogènes) n’a concerné que les acteurs de la filière "volailles" (éleveurs et vétérinaires).

En effet, cette maladie était considérée comme spécifique aux volailles et n’était pas classée parmi les zoonoses malgré quelques cas suspects de transmission dans la littérature.

 

 

 

 

Il a fallu l’apparition de la "grippe du poulet" due à un virus influenza H5N1 à Hong Kong en 1997 touchant 18 personnes et dont 6 sont décédées pour que l’on évoque pour la première fois, un risque avéré de contamination de la poule vers l’Homme.

 

 

 

 

L'émergence de l'épizootie aviaire due au virus H5N1 à la fin de l’année 2003 en Asie s'est accompagnée de contaminations humaines exceptionnelles.

 

Ces atteintes humaines survenant juste après l’épisode dramatique du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ayant tué près de 800 personnes en , depuis plusieurs années, une nouvelle pandémie de grippe humaine.

 

L’amalgame était alors facile de considérer que seul le virus influenza H5N1 serait responsable de cette future pandémie. La médiatisation du risque hypothétique s’est accompagnée d’avis scientifiques souvent divergents du fait d'une confusion entre une affection animale économiquement catastrophique touchant plusieurs pays, et la prédiction d'une pandémie de grippe humaine sans que l’on puisse prévoir les modalités exactes de cette attaque (type de virus ? où ? quand ? ….).

 

Cette psychose ne s’est pas limitée à la France, ni à l’Europe. Elle est devenue mondiale. Les conséquences d’une telle alerte ont été catastrophiques pour le commerce des volailles en Europe à la fin du mois d’octobre 2005 dans des pays pourtant indemnes de peste aviaire. C'est pourquoi, il importe de connaître l'influenza aviaire hautement pathogène ou peste aviaire pour évaluer à sa juste mesure, le risque éventuel représenté par cette maladie pour l'Homme.

 


Secrétariat :
34, rue Bréguet
75011 Paris
Tél. : 01 53 36 16 19
Mél : academie(at)veterinaire.fr